Nous regrettons tout d’abord que ce conseil du 26 mai 2014 ait été dominé par les railleries de bas étages en référence aux résultats des élections. Un peu d’humilité et de respect ne ferait en tout cas certainement pas de tort à certains.

Au contraire, cette majorité sans vision devrait plutôt faire profil bas. De mois en mois nous découvrons, en effet, à quel point pendant plus de 20 ans elle a trôné sans agir, jusqu’à ne pas suivre et appliquer les évolutions législatives dans une série de ses compétences.

Comme de coutume, nous avons analysé les comptes. Les comptes de la commune, s’ils sont positifs, ne témoignent pas nécessairement d’une bonne gestion, mais plutôt d’un manque d’investissements par rapport aux besoins exprimés par la population, mais aussi d’un retard conséquent en matière d’application d’obligations légales (absence d’audit amiante des bâtiments communaux administratifs, ateliers ou écoles, absence de plan communal d’urgence, non actualisation des différents règlements communaux, absence d’inventaires des biens communaux et de leur état de vétusté, ou encore de cadastre énergétique permettant de mieux cibler les investissements et de voir leur effet retour, …).

Alors oui, ce n’est pas par excès de compétence que la commune de Hamois est faiblement endettée et thésaurise plus 2.5 millions d’euros qui dorment sur des comptes d’Epargne à 0.35-0.85% d’intérêts après en avoir perdu plus de 300 000 dans des placements douteux.

Quant aux comptes 2013 proprement dits, mêmes si nous avons pu constater une amélioration dans la rigueur par rapport au comptes 2012, grâce à la réorganisation des services concernés, nous nous interrogeons toujours par rapport la gestion à la petite semaine de centaines de petites commandes, et ce à la limite du respect de la législation relative aux marchés publics et surtout à l’absence de marchés de stock qui pourraient faire de substantiels économies à la commune. La faute n’en incombe pas au personnel communal mais plutôt à l’absence d’une décision politique pour mettre à la disposition des directeurs les moyens matériels et humains nécessaire à l’application des législations en place depuis un certain temps et à l’application de bonnes pratiques en matière de commandes.

Quant aux autres points abordés lors de ce conseil, nous avons approuvé :
– La modification budgétaire 2014 n°1 intégrant dans le budget 2014 entre autres, les travaux de l’extension de l’école de Mohiville ;
– Les comptes des Fabriques d’Eglises ;
– Le plan d’investissement pour la rue Saint Pierre à Hamois ;
– Le cahier des charges pour la barrière d’Hubinne.

Nous nous sommes par contre abstenus sur le plan d’investissement relatif aux travaux de la Chaussée de Namur à Natoye. Si nous pouvons nous réjouir qu’un cheminement piéton (mais pas cycliste!!) ait été prévu dans le cadre des travaux de réaménagement de la traversée de Natoye, nous nous interrogeons en effet sur l’emplacement de ce dernier, à savoir sur la partie droite de la chaussée de Namur en direction d’Assesse entre le rond-point et la gare de Natoye, et donc, sans tenir aucunement compte de la question des emplacements de parkings le long du centre d’art de La Spirale, pourtant bien nécessaires lors des manifestations de cet établissement.

A la question de savoir si on ne résout pas un problème pour en créer un autre, nous regrettons que la majorité se contente d’affirmer que ce n’est pas leur problème, mais bien celui de La Spirale. Beau soutien à ce centre d’art et d’expression, qui fait pourtant beaucoup à l’animation culturelle et touristique de notre commune, et ce, pour rappel, sans recevoir la moindre aide financière de la part de la commune de Hamois!

Nous avons par contre approuvé la subvention remboursable au TC Natham afin d’aider ce dernier à faire face aux importants frais de procédure entourant l’action en responsabilité intentée suite aux problèmes de fondation du bâtiment. Il nous semble évident et indispensable d’aider tout club, associations, ou autres présents sur notre territoire qui traverserait une période de difficultés dus à des évènements ponctuels voir même qui lancerait son activité.

Nous suggérons néanmoins qu’un débat puisse avoir lieu au sein du Conseil Communal afin de définir les conditions d’octroi d’une pareille aide, et ce afin d’acquérir plus de transparence et de justice pour le futur face aux nombreuses demandes qui essuient un refus avant même que le débat ne puisse être porté en séance du Conseil Communal. Nous n’oserions en effet croire que la présence de plusieurs membres de la majorité dans le Conseil d’Administration du TC Natham ait joué d’une quelconque manière en faveur de la présentation de ce point en Conseil Communal.

Après une série de petits points qu’il ne nous semble pas indispensable de résumer, nous mentionnerons néanmoins le passage, en urgence, par la majorité, d’une délibération pour la réfection d’un mur qui s’écroule à l’Eglise de Scy. Juste pour illustrer, encore une fois, le manque de programmation et de gestion dans les projets. A quand, en effet, un inventaire des infrastructures communales (routes, ponts, murs, tunnels,…) permettant une réelle programmation des travaux à venir ?

Enfin, dans les divers, nous soulignerons l’annonce, avec dédain (« Ca fera plaisir aux Ecolos »), et sous un éclat de rire particulièrement attristant d’une conseillère communale, de la mise en réserve naturelle, par le Ministre C. Di Antonio, de 38 ares pour la protection du triton crêté dans notre commune.…

Enfin, puisque nous nous voulons propositionnels pour notre commune, nous avions également rajoutés quelques points à l’ordre du jour :

Proposition d’une prime communale à l’acquisition d’un vélo électrique ou d’un kit adaptable malheureusement rejetée: une fois de plus, nous regrettons que la majorité n’ai pas marqué d’intérêt particulier par rapport à notre demande malgré les buts et bénéfices évidents de ce projet en matière de mobilité douce (déplacement rapide sur deux roues, sans trop d’efforts, et ce afin de limiter le nombre de voitures sur nos routes pour les petits trajets). Le gouvernement wallon à certes décliné cette proposition pour des raisons de budget, mais fallait-il pour autant balayer l’idée d’un revers de la main comme l’a fait notre majorité ?

Quant à la proposition de résolution consistant à intégrer des clauses sociales, éthiques et environnementales dans les marchés publics passés par la commune, et ceci dès que l’instauration de telles clauses est possible, nous regrettons une nouvelle fois le manque d’intérêt de cette majorité pour cette thématique hautement importante pour préserver notre environnement, ainsi que la mise à l’emploi d’un public plus fragilisé quand c’est possible. Les lignes de la majorité n’étant cependant pas très claires à ce sujet, les réponses oscillant néanmoins entre « on le fait déjà », ça ne sert à rien de faire passer un texte à ce propos, et « on le fera quand ce sera obligatoire », nous ne manquerons pas de venir aux nouvelles…

Enfin, nous sommes contents que la commune ait pris connaissance de ses nouvelles obligations en matière de pesticides. Nous constatons toutefois qu’à l’heure où certaines de ces obligations viennent de rentrer en vigueur, nous en sommes seulement au stade de la « prise de connaissance ». Mais soyons indulgents, suite de cet épisode dans quelques semaines, donc…

Share This
%d blogueurs aiment cette page :