Compte-rendu – Conseil Communal du 07 octobre 2013

La séance du 7 octobre 2013 a été l’occasion, une fois n’est pas coutume, de débattre de points importants de la vie communale.

1. Ainsi, avons-nous eu l’occasion de débattre du Plan d’ancrage du Logement, à savoir la façon dont la commune compte gérer le logement sur les 3 prochaines années.

Plus précisément, ce programme a pour objectif d’identifier, année après année, chaque opération de construction ou de rénovation, mais aussi les modes de financement, les maitres d’ouvrages.

Une vision prospective nécessaire dans une commune où, sous les deux dernières mandatures,
quasi rien n’avait été réalisé en la matière. Nous regretterons toutefois que la majorité (cartel CDH-MR-PS) se soit contentée de rattraper son retard. En effet, nous ne retrouvons, encore une fois, aucunes ambitions et idées originales dans ce programme mais bien quelques logements supplémentaires à Vivès (Emptinne), quelques logements rue Ste Barbe et 3 logements de particulier dont la location sera pris en charge pour en faire des logements sociaux.

Outre ce manque d’ambitions, nous craignons que l’ajout de logements sociaux à Vivès revienne à ajouter des difficultés à une situation déjà problématique sur le plan de la mixité sociale. Or, un plan plus ambitieux, avec une vision à 10 ou 15 ans, pourrait amener des réponses face à une telle situation (ex : mise en vente des terrains aux particuliers et à la vente au particulier de 2 logements sociaux sur trois, sachant que les logements sociaux qui seraient vendus pourraient ensuite être remis en construction de manière plus dispersée sur le territoire de notre commune).

Par ailleurs, nous espérons que les engagements en termes de délais pourront être tenus. En effet, ce n’est pas moins de 8 logements sociaux qui sont en attente depuis un certain temps déjà dans le cadre de la réalisation du lotissement rue de la Gozée. Et la promesse de subside régionale a été donnée pour ces logements depuis belle lurette.

Enfin, nous regretterons également, le manque de précisions des documents distribués : ceux-ci faisant référence à l’existence d’un schéma de structure communal (qui n’existe en fait pas à Hamois, mais dont la mention réside en fait dans une mauvaise relecture du document), ou encore des documents soumis à approbation vides de toute information mais, nous dit-on, qui seront « complétés par après ».

Faute d’information précises sur les intentions de la majorité et, par ailleurs, pour les raisons de fond évoquées plus haut, nous nous sommes dés lors abstenus sur ce point.

2. Nous avons ensuite approuvé le lancement d’un marché public pour l’acquisition d’une lame de déneigement. Rappelons qu’il s’agit là toujours de la mise en œuvre du plan d’action de 2010 suite à la gestion catastrophique des efforts de déneigement lors de la mandature précédente.

3. Aménagement intérieur de l’atelier de Cheumont (nouveau garage communal). Suite à la réfection du toit et des façades en 2012, et des aménagements extérieurs en cours pour le moment, il était temps de s’occuper de l’intérieur du bâtiment. C’est le BEP qui a été désigné comme auteur de projet. Rappelons que ce bâtiment qui appartenait autrefois à la Scam a été racheté en urgence il y a 10 ans pour offrir un meilleur lieu de travail, plus conforme aux ouvriers communaux. S’il y avait urgence il y a 10 ans, imaginez aujourd’hui !

Lors de ce point, nous n’avons pas hésité à rappeler que depuis janvier nous demandons à effectuer la visite des différents bâtiments/bois et terrains communaux, et ce en vue de pouvoir exercer notre mandat au mieux. Alors que le Règlement d’ordre intérieur du conseil prévoit que toute demande de visite d’un conseiller doit être organisée dans la semaine, cela fait 9 mois que l’on attend toujours…

4. Location de Chasse

Il était question de transférer l’exercice d’un droit de chasse d’un chasseur à un autre. Cession possible pour autant qu’elle soit prévue dans le contrat de base liant le chasseur à la commune, à défaut de quoi la chasse aurait pu être soumise à publicité et remise en concurrence pour que tout chasseur intéressé. Néanmoins, en l’absence de tout document confirmant qu’une telle cession de droit était bien possible (la convention liant le chasseur originaire à la commune, par exemple), document dont la majorité ne dispose manifestement plus ou n’a peut-être jamais disposé, nous avons décidé de nous abstenir.

5. Fermeture de l’école d’Emptinne

Quant à la fermeture de l’école d’Emptinne, Ecolo Hamois regrette qu’une politique volontariste, réclamée par Ecolo depuis de nombreuses années, n’aie pas été mise en place, laquelle aurait sans doute permis d’éviter la fermeture de l’unique école du village de Emptinne. Sans vouloir « tirer sur le pianiste », Ecolo Hamois rappelle ses écrits prémonitoires de 2012 :
« Nous exhortons dès lors la majorité à faire en sorte que l’école d’Emptinne ne soit pas laissée pour compte et retrouve, elle aussi, une nouvelle jeunesse. A cet égard, si le nombre d’élèves doit être pris en compte lors du choix des politiques menées par la Commune, celui-ci ne doit néanmoins pas constituer une excuse pour abandonner tout investissement dans une école. Pour ramener des enfants dans l’école d’Emptinne, il est urgent de penser au rafraichissement des locaux, qui constituent la première vitrine à l’égard des parents. Par ailleurs, dans la mesure où les écoles de Ciney sont très attractives et font concurrence à l’école d’Emptinne, il serait opportun de revoir son programme pédagogique afin d’en faire une école originale, n’ayant rien à envier aux écoles de Ciney ! »

La situation était donc prévisible : Si nous ne pouvons nier les efforts accomplis par l’Echevine de l’Enseignement ces derniers mois afin de sauver l’école de village d’Emptinne d’une fermeture, nous regrettons néanmoins que ceux-ci n’aient pas été adressés de manière plus claire à l’ensemble de la population de la commune. Qui sait si une mobilisation générale n’aurait en effet pas permis de sauver cette école…

Quoi qu’il en soit, le problème était complexe, et nous payons aujourd’hui très clairement les errances des mandatures précédentes. En effet, lors d’une rentrée scolaire, un parent qui choisit de mettre son enfant dans une autre école est perdu pour les 9 années suivantes (3 années maternelles et 6 années primaires). A cet égard, les problèmes de l’école d’Emptinne furent nombreux : qualité des locaux (containers), horaires de garderie inadéquats, projet pédagogique peu ambitieux, … et de l’aveu même de certains membre de la majorité qui se sont déchirés sur le sujet en séance publique, le débauchage d’enfants de l’école d’Emptinne vers d’autres écoles du village afin de garantir au directeur un rôle de directeur temps plein. Les problèmes sont connus depuis plus de 30 ans entonne la majorité. 30 années pour agir et venir avec des solutions innovantes, novatrices,… Si le projet d’immersion linguistique imaginé il y a quelques années aurait pu sortir cette école de l’eau, force est de constater que, d’après certains, il aurait fait flop par manque de préparation et d’intégration de l’ensemble du corps enseignant de l’entité.

Les choses étant ce qu’elles sont aujourd’hui, se pose néanmoins la question de ce que nous voulons pour demain : voulons-nous toujours d’une école de village à Emptinne ? Même si la tâche parait ardue (les seuils minimaux étant fort importants) n’est-il pas possible de repenser globalement ce projet d’école de village, au lieu de l’abandonner définitivement, comme semble l’avoir conclu la majorité ? Toutes les pistes de solutions ont-elles été creusées ?

6. La Charte d’engagement Commune Maya : nous sommes revenus pour voir comment avait avancé la commune sur le sujet. En effet, n’ayant toujours fourni aucun reportage à la Région depuis 2 ans… (ce qui est susceptible de lui valoir un retrait de label), la majorité assure néanmoins qu’elle a fait ce qu’elle devait en la matière. Ce qui reste encore à vérifier. Mais, quand on sait qu’une perte de label serait bien plus préjudiciable pour tous, et prioritairement pour les abeilles, car alors plus rien ne « devrait être fait » (en tout cas pour le moment), nous avons envie d’y croire… ce qui ne nous empêchera pas d’encore revenir aux nouvelles régulièrement.

7. Mise au vote d’une motion relative à la desserte des points d’arrêts locaux sur la ligne SNCB 162 Namur-Arlon, et en particulier celui de Natoye et de Florée : nous avons rajouté ce point dans le but de demander au conseil communal qu’il se positionne officiellement auprès de la SNCB afin que ces changements de desserte en cours sur la ligne actuellement ne soient que temporaires et ne lèsent pas davantage les conditions de voyage des navetteurs déjà fort pénibles actuellement. La majorité n’a cependant pas jugé cette proposition suffisamment intéressante que pour la voter. Certes, elle était fort symbolique, mais elle mettait néanmoins en évidence les problèmes de plus en plus fréquents des navetteurs dans le cadre de leurs trajets. Problèmes qui, à l’heure où la mobilité en transports en commun est prônée de toute part, ne font que s’empirer…

Suite au prochain conseil, fixé au 4 novembre !

A bientôt !

Share This
%d blogueurs aiment cette page :