La séance du 24 juin 2013 doit plutôt être considérée comme une séance de routine en cette fin d’année scolaire. L’on retiendra surtout, comme point important, le renouvellement du Protocole d’accord, pour les 3 prochaines années, avec le Contrat de Rivière Haute Meuse (CRHM) et donc, en résumé, la liste des actions que la Commune de Hamois s’engage à mettre en place en collaboration avec le CRHM.

Parmi les actions envisagées, citons notamment la gestion des problèmes de rejets d’eaux usées dans les cours d’eaux, la protection des berges contre l’érosion, la gestion des plantes invasives, ainsi qu’une sensibilisation aux économies d’eau et à la réduction des pesticides.

Tout un programme, dont nous nous réjouissons et qui, nous l’espérons, ne restera pas que des mots sur un Protocole d’accord.

Nous regrettons néanmoins que la commune n’ait pas profité de l’occasion pour inscrire dans ce Protocole d’accord d’autres problématiques, auxquelles il convient de porter également attention. Nous pensons notamment à :

Une meilleure éducation du citoyen par rapport à ce qu’il jette à l’égout, dans la mesure où, pour l’heure, l’épuration des eaux est quasi inexistante sur la commune, et les eaux collectées se déversent directement, la plupart du temps, dans le Bocq. Il s’agit donc d’informer davantage le citoyen qu’un pot de peinture vidé dans un évier va, en l’état actuel, directement à la rivière !!

Une stratégie de mise en évidence du Bocq. La CLDR (Commission Locale de Développement Rural) ne dit d’ailleurs pas autre chose. Il est en effet temps de valoriser notre patrimoine local naturel. Et donc, pourquoi ne pas mieux mettre en évidence ce patrimoine exceptionnel (on pourrait penser à mettre des panneaux didactiques expliquant l’écosystème relatif aux rivières, comme ça s’est fait pour le RAVEL, par exemple).

La mise à l’ordre du jour de ce Protocole d’accord a également été l’occasion de rappeler la responsabilité des autorités concernant les constructions dans les zones inondables, ainsi que concernant le respect des directives européennes (et notamment la Directive-cadre Eau) en ce qui concerne l’entretien des cours d’eaux (qui, pour rappel, interdit de dégrader l’habitat physique des cours d’eau, et donc limite très fortement les curages).

Malheureusement comme c’est devenu une habitude dès qu’un membre du Collège lève un petit doigt, l’intervention de notre conseillère communale Ecolo a été interrompue par le Président.

Nous n’avons dès lors pas eu l’occasion d’aborder la question du bilan du précédent Protocole (auquel le texte de la majorité fait d’ailleurs référence), qui ciblait la période 2010-2013. La question était-elle gênante ? Peut-être. Il y a en effet une série d’actions qui figurent sur le site internet du Contrat de Rivière et qui, sauf erreur de notre part, pour certaines, ne nous disent rien (ex : éditer un article concernant l’assainissement autonome et collectif pour sensibiliser la population d’Hamois, sensibilisation de la population à une meilleure utilisation des produits phyto,…). L’année 2013 n’est pas terminée, on suppose que ces différentes actions vont donc voir le jour prochainement.

Enfin, nous n’avons pas non plus eu l’occasion de souligner le fait que la commune de Hamois semble être une des rares communes à ne pas encore avoir jugé utile de se doter (pas nécessairement à temps plein), des services d’un conseiller en environnement, et donc d’un professionnel qui sert de relais à l’égard de la population en termes de sensibilisation, ou encore vis-à-vis du contrat de rivière en termes de mise en œuvre de certaines actions.

Des timides avancées, donc, mais nous restons en attente d’une réelle dynamique de gestion durable de nos cours d’eaux et ressources en eau sur la commune.

Share This
%d blogueurs aiment cette page :