La séance du 27 mai 2013 peut se résumer comme suit :

1. Approbation de la participation de la commune à l’acquisition, par la Maison du Tourisme d’une jeep à mettre à disposition des ouvriers « Wallo’Net ». A la question de savoir s’il n’y avait pas déjà eu un achat, lors de la mandature précédente, de véhicules électriques pour les « Wallo’Net », il nous a été répondu que seule la demande de subside avait été faite à l’époque. Subsides qui n’ont, par la suite, pas été obtenus, et qui n’avaient dès lors pas permis d’acquérir les véhicules.

2. Marché public – Fourniture scolaires : Cet appel d’offre est destiné à fournir en papier, bics, crayons, … l’ensemble des écoles de l’entité. Une occasion manquée, à notre avis, pour intégrer des considérations environnementales dans les achats de la commune et ce à l’heure où les autorités publiques doivent montrer l’exemple.
Dans quelle mesure n’était-il pas possible, en effet, de rajouter, à côté du critère relatif au prix et à la diversité du choix, un critère relatif à un choix plus écologique (papier recyclé, par exemple). Un petit espoir cependant : la majorité s’est engagée à mettre les clauses utiles pour faire en sorte que celle-ci ne soit pas liée par ce marché trop longtemps. Des considérations environnementales pourraient donc être réintroduites pour la rentrée scolaire de 2014, par exemple. En espérant que la commune le fera ! Pour plus d’infos sur les opportunités des communes en matière d’achats publics écologiques, n’hésitez à aller consulter l’espace que le réseau éco-consommation y a consacré : www.achatsverts.be

3. Eclairage public : Le conseil communal a approuvé le renouvellement de l’adhésion à la centrale d’achat éclairage public. Nous profitons de cette occasion pour revenir sur une question posée en 2011 par courrier à l’Echevin de Travaux à savoir le nombre de lampes à vapeur de mercure encore présente sur le territoire. Cette question était suscitée par l’existence d’une directive européenne interdisant la vente et l’usage de ce type d’éclairage public dès 2018, et par le fait que le Ministre JM Nollet a dégagé, en conséquence, un budget afin d’aider les intercommunales à accélérer le remplacement de ces lampes.
Regrettant que la réponse ne vienne pas de la part du Collège, qui nous dit ne pas posséder d’infos en la matière, nous avons toutefois obtenu ces informations via l’intercommunale IDEG. Ainsi, nous pouvons relater que le parc d’éclairage communal est composé à 85% d’appareils équipés de lampes à vapeur de sodium basse pression (peu consommatrice d’énergie). Il ne subsiste que 28 luminaires (soit 2,15% du parc) équipés de lampes à vapeur de mercure haute pression. Le remplacement de ces luminaires via l’opération mise en place par le gouvernement Wallon est prévu d’ici 2018, sachant que tout pourrait être réalisé dans notre commune dès 2015. Un audit énergétique est par ailleurs en cours de finalisation également.

4. Conseil de Participation des écoles : Conformément à la législation organisant les missions prioritaires de l’enseignement, tout établissement scolaire doit créer un conseil de participation. Ce conseil ayant pour mission de débattre du projet d’établissement, d’évaluer sa mise en œuvre et de l’adapter si nécessaire, mais aussi de mener une réflexion globale sur les frais réclamés en cours d’année, ou encore d’étudier ou de mettre en place un mécanisme de solidarité entre les élèves pour le paiement de ces frais. Concrètement, c’est donc un lieu qui permet à tous les différents « acteurs » de l’école, qu’ils soient parents, enseignants, membres du personnel, ou encore « acteurs extérieurs », de venir s’exprimer et formuler des propositions concrètes afin d’améliorer la qualité de vie et d’apprentissage des élèves au sein de l’école (ex : accueil des plus petits, sécurité aux abords de l’école, mais aussi mise en place de projets d’échange linguistique, de cantines bio et durables, d’éveil à la citoyenneté,…).
Nous regrettons néanmoins que la majorité n’ait pas saisi l’opportunité d’un tel outil. En effet, alors que nous discutons de la reconduite de ces conseils, et à la question de savoir comment sont désignés (et avertis !) les membres représentants des écoles et des milieux associatifs culturels, extrascolaires, … composant ce conseil, il nous fut répondu : « par le collège, et on a ce qu’il nous faut ! ». Pas d’appel à candidature, dès lors, pour cette « obligation administrative » pour laquelle « les candidats ne se poussent d’ailleurs pas au portillon ». Normal, cela dit, vu l’enthousiasme de la majorité par rapport à cet outil de participation, et surtout, vu la publicité qui en est faite auprès des personnes concernées !

conclusion<-] 5. Choix des Bulles à Textiles : Le groupe Ecolo s’étonne de l’installation, à Emptinne, d’une bulle à textile par une société anonyme alors que des entreprises d’économie sociale, dont une des vocations est de remettre à l’emploi des personnes peu qualifiées, sont également actives dans le domaine. Le Collège ne voit pas où est le problème. De plus, au regard des questions posées et des réponses reçues, la commune ne semble avoir signé aucune convention avec les différents opérateurs actifs sur le territoire de la commune alors qu’il s’agirait d’une obligation légale. Convention qui permet également à la commune d’exiger des différents opérateurs l’organisation de campagnes de sensibilisation sur le tri et la récupération des vêtements. Pour plus d’informations sur les possibilités d’actions des communes en la matière, voir : [http://www.res-sources.be/sites/default/files/docs/files/EnjeuxCollaborationCommunesESCollecteTextile.pdf

8. Rallye de Wallonie : Le groupe Ecolo demande un retour sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées les épreuves. Le Collège nous répond que rien n’est à signaler du côté de la Police si ce n’est un accident d’un des concurrents et la présence de radars de police aux endroits stratégiques. Le groupe Ecolo relaie les demandes des habitants qui souhaiteraient, d’une part, que soit mené un travail de sensibilisation des spectateurs par rapport au respect des habitants et des lieux, et ce avant et pendant les épreuves (ex : ne pas jeter les déchets ou uriner sur la voie public ou dans les jardins, veillez à avoir une conduite responsable en voiture et à minimiser le bruit) et que puisse être relayé, d’autre part, le souhait d’adapter le tracé d’une année à l’autre afin que ça ne soit pas toujours les mêmes qui subissent les nuisances. Bien que le Collège nous ait renvoyé vers les organisateurs du Rallye, il a tout de même finalement admis que la commune pouvait, en tant qu’autorité locale, jouer un rôle d’intermédiaire entre les habitants et les organisateurs. En espérant que la commune n’oublie pas de jouer son rôle d’ici à la prochaine édition.

9. En divers, nous avons abordé les points suivants :

Rappel de paiement sur une taxe déchet datant parfois de 2010/2011 : Pourquoi un rappel si tard ? Le Collège se défend de pouvoir faire mieux dans la mesure où les relevés de pesée des poubelles arrivent très en retard et que le fait de faire la facturation en 2 semestres plutôt que une fois par an génère beaucoup de travail. Argument peu convainquant dans la mesure où toutes les communes avec poubelles à puces sont confrontées au même travail et qu’on parle ici du suivi des non paiements.
Pas de réponse, par contre, à la question du taux annuel de non-paiement des taxes et de son évolution au cours des dernières années. De même qu’à la question de savoir si d’autres taxes étaient concernées par une procédure de rappel tardive.

Jumelages : Rappel des jumelages et activités.

Share This
%d blogueurs aiment cette page :